La nicotine

La nicotineLa nicotine est addictive par définition, elle crée donc la dépendance au tabac, mais paradoxalement, la nicotine permet également de combattre la dépendance tabagique, grâce à l'utilisation de substituts telle que la cigarette électronique, dans le cadre d'un sevrage tabagique. La nicotine est la seule substance à ne pas être toxique dans la cigarette, mais elle possède un effet stimulant. En se fixant sur des récepteurs particuliers au niveau du cerveau, appelés récepteurs nicotiniques, la nicotine favorise la libération de dopamine dans le cerveau. Tous les produits psycho-actifs qui peuvent déclencher une dépendance chez l'homme ont en commun une propriété : ils augmentent la quantité de dopamine disponible dans une zone du cerveau : Le circuit de récompense. Mais ce neurotransmetteur en excès va également accélérer le rythme cardiaque, augmenter la pression artérielle et réduire l'appétit. La dépendance physique que la nicotine entraîne est cependant de courte de durée et ne perdure pas au-delà de quelques jours. Son arrêt brutal peut entraîner des signes de manque: irritabilité, anxiété et maux de tête. Contrairement aux idées reçues, les substituts nicotiniques ne renforcent pas la dépendance à la nicotine. Il n'existe pas de dépendance aux substituts nicotiniques mais à la nicotine. Même si la nicotine des cigarettes et celle des substituts correspond à la même molécule, elle n'est pas administrée de la même façon dans les deux cas. Fumer permet à la nicotine d'atteindre le cerveau en quelques secondes via le système artériel pulmonaire parce que la combustion de la cigarette conventionnelle transforme la nicotine en gaz. A contrario, dans le cas d'un substitut, la nicotine se diffuse à froid très lentement en fonction des bouffées de fumée artificielle de la cigarette électronique. Qu'il s'agisse des patchs, des gommes, des pastilles ou des cigarettes électroniques, tous reposent sur le même principe: La diffusion lente et régulière de doses plus ou moins faibles de nicotine. A mesure que leur dosage diminue, ils permettent de se libérer de la dépendance du tabac. A noter, qu'il n'y a aucune contre-indication à la prise de substituts nicotiniques, tels que la cigarette électronique. Ce ne sont pas des médicaments mais seulement des substituts dans le cadre d'un sevrage tabagique. Grâce au dosage dégressif de la teneur en nicotine des cartouches de recharges (fort, moye, léger, sans nicotine) la cigarette électronique permet une désaccoutumance progressive à la nicotine qui n'est pas cancérigène, contrairement aux idées reçues. Par contre, pendant la grossesse, il est fortement déconseillé d'inhaler de la nicotine sous quelque forme que ce soit. La nicotine diminue l'apport d'oxygène au futur bébé. Plus généralement pour toutes et tous, à forte dose, la nicotine peut être toxique. Néanmoins aux doses contenues dans une cartouche de cigarette électronique, la nicotine n'a pas cet effet toxique. Ce sont les 4 000 substances chimiques qui l'accompagnent dans le tabac (goudrons, monoxyde de carbone - CO -, métaux lourds,) qui sont dangereuses. Les goudrons sont les principaux responsables du développement de cancers. Il faut savoir aussi qu'il est possible d'utiliser plusieurs substituts nicotiniques différents à la fois. Cela facilite même la désaccoutumance du tabac. Malgré une libération prolongée de nicotine par les patchs, une forte envie peut être ressenti au moment des cigarettes importantes (après le repas ou en compagnie d'autres fumeurs par exemple), la cigarette électronique permet alors de satisfaire ce besoin et calme le désagrément du manque tout en gardant le geste et le plaisir de fumer. Apaisé, le fumeur réalise que le tabac n'est pas le seul moyen de se tranquilliser ce qui renforce sa volonté d'arrêter de fumer. Donc un substitut nicotinique tel que la cigarette électronique peut aussi s'avérer apaisant de façon occasionnelle. Dans les lieux publics et les transports, le fumeur de tabac peut avoir recours à un substitut nicotinique tel que la cigarette électronique autorisée partout. Par ailleurs, même s'il ne souhaite pas forcément arrêter de fumer, le fumeur prendra éventuellement conscience que cette forme de substitution telle que la cigarette électronique, s'avère très efficace. [i]Remerciements au Dr Marion Adler, Médecin Tabacologue de l'hôpital Antoine Béclère (Clamart) pour son expertise médicale en tabacologie.[/i]

Sans danger pour la santé


Produit à la une